Calculatrices Mathématiques
Calculatrice de base

Calculatrice de base

La calculatrice en ligne effectue des opérations mathématiques de base comme l'addition, la soustraction, la division et la multiplication. La calculatrice peut être utilisée pour calculer des pourcentages et des taxes.

Il y avait une erreur avec votre calcul.

Table des Matières

  1. Calculatrice de base
  2. Mode d'emploi
  3. Calcul des pourcentages
  4. Exemples de calcul
    1. Fiscalité
    2. Calcul de la superficie d'une maison
  5. Calculatrice: l'histoire du développement
    1. Boulier
    2. Le mécanisme d'Antikythera
    3. La machine à compter de Léonard de Vinci
    4. Les horloges à calculer de Schickard
    5. La machine à compter de Blaise Pascal
    6. La calculatrice de Leibniz
    7. L'arithmomètre de Colmar
    8. Les calculatrices au XXe siècle
    9. Calculatrices contemporaines

Calculatrice de base

Calculatrice de base

La calculatrice en ligne vous permet d'effectuer rapidement les opérations mathématiques standard. Cette calculatrice standard effectue les procédures suivantes:

  • addition,
  • soustraction,
  • multiplication,
  • division,
  • élévation à la puissance 2,
  • application de la racine carrée,
  • identification, addition et soustraction d'un pourcentage.

La calculatrice prend en entrée des nombres entiers ou décimaux. Si les opérations énumérées ci-dessus sont parfois faciles à effectuer mentalement, une simple calculatrice peut être pratique pour travailler avec de très grands nombres et des décimales.

Mode d'emploi

Vous trouverez ci-dessous les commandes spéciales incluses dans la calculatrice:

  • mc signifie "Memory Clear" (effacement de la mémoire), vous devez appuyer sur cette touche lorsque vous souhaitez effacer la mémoire de la calculatrice.

  • mr signifie "Memory Recall" (rappel de mémoire), appuyez sur cette touche lorsque vous souhaitez rappeler le nombre actuellement stocké dans la mémoire de la calculatrice. Si la mémoire de la calculatrice est vide, mr retournera zéro.

  • m- signifie "Mémoire moins". Lorsque vous appuyez sur cette touche, le nombre actuellement affiché à l'écran est soustrait du nombre enregistré dans la mémoire de la calculatrice.

  • m+ signifie "Mémoire plus". De la même manière que pour m-, lorsque vous appuyez sur m+, le nombre qui s'affiche sera ajouté au nombre actuel dans la mémoire de la calculatrice.

  • CE est l'abréviation de "Clear Entry" (effacer l'entrée) et doit être utilisé pour effacer l'entrée actuelle. Notez que ce bouton n'est visible que lorsque vous avez effectué au moins une entrée et que l'affichage n'est pas vide.

  • AC est l'abréviation de "All Clear" (effacement total). Appuyez sur ce bouton lorsque vous souhaitez supprimer toutes les entrées précédentes. Par exemple, si vous souhaitez calculer 8-3= ? mais que vous avez accidentellement entré 8-4, vous pouvez appuyer sur CE avant d'appuyer sur le signe =, ce qui ne supprimera que la dernière entrée - 4 - tout en conservant la première entrée - 8 - intacte. Vous pouvez alors appuyer sur 3 et sur le signe = pour obtenir la réponse à la question posée. En appuyant sur AC, vous effacerez toutes les entrées, y compris le 8. Notez que l'appui sur AC n'efface pas la mémoire; vous devez appuyer sur mc pour cela.

  • R2 signifie "Arrondir à 2 décimales". Par exemple, si après quelques calculs vous vous retrouvez avec un nombre qui ressemble à quelque chose comme ceci: 3,98124567, vous pouvez appuyer sur R2 pour le ramener à un nombre plus simple, qui dans ce cas ressemblera à ceci: 3,98.

  • R0 signifie "Arrondir à 0 décimale". Dans notre exemple précédent, en arrondissant 3,98124567 à 0 décimale, on obtiendrait le nombre suivant: 4.

Si le nombre résultant est très grand ou très petit après avoir effectué certains calculs, la calculatrice utilisera l'e-notation scientifique pour afficher la réponse. Par exemple, si la réponse est 0,00000007, la calculatrice affichera 7e-8, soit 7×10⁻⁸

Calcul des pourcentages

Lorsque vous calculez le pourcentage d'un certain nombre, l'appui sur le signe % affiche automatiquement la valeur du pourcentage sous forme décimale. Par exemple, si vous devez calculer 20 % de 75, vous devez entrer 75 × 20%, ce qui changera automatiquement la valeur affichée 20 en 0,2. Pour voir la réponse finale, appuyez sur le signe égal, ce qui fera apparaître 15 à l'écran, car 15 est 20 % de 75.

La calculatrice vous permet également d'ajouter ou de soustraire un certain pourcentage d'une valeur à la valeur elle-même. Ici aussi, en appuyant sur le signe %, la valeur du pourcentage s'affiche automatiquement. Par exemple, si vous devez effectuer l'opération suivante 60 - 15%, après avoir appuyé sur le signe %, l'affichage passera automatiquement à 9, puisque 9 est 15% de 60. Après avoir appuyé sur le signe égal, vous obtiendrez la réponse souhaitée: 51.

Exemples de calcul

Fiscalité

La calculatrice peut être pratique pour calculer rapidement la taxe de vente. Disons que vous devez calculer le prix d'achat total d'un article dont le prix est de 567 $ plus 6 % de taxe de vente. Il suffit d'entrer 567 + 6 % et d'appuyer sur le signe égal. Après avoir appuyé sur le signe %, vous verrez la valeur de la taxe de vente appliquée à cet achat (34,02), et après avoir appuyé sur le signe égal, vous verrez le résultat final: 601,02.

Parfois, la réponse finale contiendra plus de 2 chiffres après la virgule. Dans ce cas, vous pouvez appuyer sur R2 pour l'arrondir à deux décimales. Vous obtiendrez ainsi le prix final en dollars et en cents.

Dans notre exemple précédent, si la taxe de vente était de 6,6 % au lieu de 6 %, la valeur de la taxe de vente serait de 37,422, et la réponse finale serait de 604,422 $. Pour trouver la valeur en dollars et en cents, appuyez sur R2, qui affichera 604,42 à l'écran. Cela signifie que le prix total de l'achat sera de 604 dollars et 42 cents.

Calcul de la superficie d'une maison

Supposons que vous deviez calculer la superficie de votre maison pour savoir combien de panneaux de sol vous devez acheter pour les pièces. Vous savez qu'une pièce a une longueur de 5 mètres et une largeur de 3 mètres, et que la deuxième pièce a une longueur de 4 mètres et une largeur de 6 mètres. Vous savez également que la surface d'une pièce peut être calculée comme suit:

$$Superficie = Longueur × Largeur$$

Au lieu de trouver les deux surfaces séparément puis d'additionner les valeurs, vous pouvez utiliser la calculatrice pour effectuer tous les calculs en une seule fois. Pour ce faire, entrez 5 × 3 =, pour obtenir la valeur de 15, qui est la superficie de la première pièce. Appuyez ensuite sur m+ pour ajouter ce nombre à la mémoire de la calculatrice. De plus, entrez 4 × 6 =, pour obtenir la valeur de 24, qui est la superficie de la deuxième pièce.

Avec 24 toujours affiché, appuyez sur le signe plus + et mr, pour ajouter la valeur de la mémoire de la calculatrice (15, la superficie de la première pièce) à la valeur actuelle. Appuyez ensuite sur le signe égal pour obtenir la réponse finale de 39. La superficie des deux pièces s'élève à 39 mètres carrés.

Calculatrice: l'histoire du développement

Le mot "calculatrice" lui-même vient du latin "calculo", qui signifie "compter", "calculer". L'origine du nom peut également être liée au mot "calculus", qui se traduit par "caillou". À l'origine, dans l'Antiquité, les gens utilisaient des cailloux pour compter.

Boulier

Le boulier a été inventé dans l'ancienne Babylone vers le 3e millénaire avant J.-C. Il s'agissait du prototype d'une machine à compter.

À l'origine, le boulier était une planche, réglée en bandes ou avec des indentations. Les marques de comptage (pierres, dés) se déplaçaient le long des lignes ou des indentations. Plus tard, des modifications du boulier sont apparues, où des cailloux ou des os à compter étaient placés sur des tiges.

Lorsque les gens déplaçaient tous les cailloux de la première tige vers un côté, un caillou de la tige suivante était déplacé, indiquant le nombre de dizaines. La tige suivante indiquait déjà le nombre de centaines et ainsi de suite (au même moment, le dixième galet de la première rangée se déplaçait vers sa position initiale).

Dans certaines régions du monde, les gens ont utilisé une variante du boulier sous la forme de cadres de comptage pour régler les comptes dans les magasins et pour la comptabilité jusqu'aux années 1980 et 1990.

Le mécanisme d'Antikythera

Le mécanisme d'Antikythera est considéré comme l'un des plus anciens prototypes de la calculatrice moderne. Il a été découvert au début du XXe siècle près de l'île grecque d'Andikythera dans une épave de navire. Les scientifiques pensent que le mécanisme a pu être utilisé au deuxième siècle avant J.-C. Le dispositif permettait de calculer le mouvement des planètes et des satellites. Le mécanisme d'Antikythera pouvait également ajouter, soustraire et diviser des nombres.

La machine à compter de Léonard de Vinci

Dans les journaux intimes de Léonard de Vinci, on peut voir les dessins de la première machine à compter. La machine était composée de plusieurs tiges avec des roues de différentes tailles. Chaque roue comportait des rouages qui permettaient à l'appareil de fonctionner. Dix rotations de la première roue entraînaient une rotation de la deuxième roue, et dix cycles de la deuxième roue entraînaient une rotation complète de la troisième roue. Léonard de Vinci n'a jamais réussi à construire une machine à compter fonctionnelle de son vivant.

Les horloges à calculer de Schickard

En 1623, le professeur allemand Wilhelm Schickard a prétendu avoir inventé la machine à calculer. Cette machine pouvait effectuer des additions, des soustractions, des multiplications et des divisions. Elle était appelée "horloge à calculer" en raison du principe du mécanisme utilisant des engrenages. L'horloge à calculer de Schickard a été le premier appareil mécanique à effectuer quatre opérations arithmétiques.

La machine à compter de Blaise Pascal

En 1642, Blaise Pascal, âgé de 19 ans, a commencé à développer une nouvelle machine à compter. Le père de Pascal était collecteur d'impôts et devait faire des calculs constants. Son fils décide donc de créer un appareil pour faciliter ce travail.

La machine à compter de Blaise Pascal était une petite boîte contenant de nombreux engrenages interconnectés. Les nombres nécessaires pour effectuer les quatre opérations arithmétiques étaient saisis en tournant les roues. En dix ans, Pascal a construit une cinquantaine d'exemplaires de ces machines, dont 10 ont été vendus.

La calculatrice de Leibniz

En 1673, le mathématicien allemand Gottfried Wilhelm Leibniz crée une version de la calculatrice dont le principe de fonctionnement est le même que celui de la machine à additionner de Pascal: des rouages et des roues. Leibniz ajouta à ce mécanisme une innovation sous la forme d'un cylindre étagé, qui fut appelé roue de Leibniz.

Malgré les défauts mécaniques de ce dispositif, il laissait entrevoir des possibilités pour les futurs inventeurs de calculatrices. Le cylindre étagé, inventé par Leibniz, a été utilisé dans de nombreux dispositifs de calcul pendant les 200 années suivantes.

L'arithmomètre de Colmar

Dans la première moitié du 19e siècle, Charles Xavier Thomas de Colmar a créé l'arithmomètre, le premier appareil disponible dans le commerce capable d'effectuer quatre opérations arithmétiques. L'arithmomètre était basé sur la calculatrice de Wilhelm Leibniz.

L'arithmomètre de Colmar était un petit mécanisme en fer ou en bois doté d'un compteur automatique. Il pouvait effectuer quatre opérations arithmétiques: addition, soustraction, multiplication et division. L'arithmomètre pouvait déjà traiter des nombres à trente chiffres. L'arithmomètre De Colmar a été produit pendant plus de 60 ans (jusqu'en 1915) et vendu par plus de 20 sociétés.

Les calculatrices au XXe siècle

À la fin des années 1930, le monde se préparait à une nouvelle guerre. Les fabricants d'armes avaient besoin de fusils à visée très précise pour atteindre les cibles ennemies.

L'un des premiers appareils à contrôler les tirs anti-aériens était le prédicteur Kerrison. Il s'agissait d'un dispositif de comptage mécanique qui pouvait calculer l'angle de pointage des canons en fonction de la position de la cible, des paramètres balistiques de l'arme et des munitions, de la vitesse du vent et d'autres conditions.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le premier ordinateur entièrement électronique, Colossus, a été créé en Grande-Bretagne pour décoder les communications ennemies interceptées. La machine se spécialisait exclusivement dans le décodage, mais elle était programmable et disposait même d'un écran électronique.

À l'automne 1945, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, a été créé l'ENIAC. Il a été conçu à l'origine à des fins militaires - pour calculer des tables de tir. Mais il pouvait également résoudre quatre fonctions arithmétiques de base. L'ENIAC était 1.000 fois plus rapide que les ordinateurs électromécaniques et pouvait stocker en mémoire des nombres à dix chiffres. Il nécessitait 17.468 tubes électroniques, 7.200 diodes à cristal, 1.500 relais, 70.000 résistances, 10.000 condensateurs et environ 5 millions de connexions soudées à la main.

L'ordinateur pesait environ 27 tonnes et occupait 167 mètres carrés. L'ENIAC a fonctionné jusqu'en 1955 au laboratoire de recherche balistique de l'armée américaine.

En 1961 est apparue ANITA, la première calculatrice de bureau entièrement électronique au monde, développée par la société britannique Control Systems Ltd. Les calculs étaient basés sur des tubes à vide. Et l'affichage utilisait des indicateurs de décharge de gaz. Ces premières calculatrices ANITA coûtaient environ £355. En monnaie d'aujourd'hui, cela représente environ 4.800 £ (8.000 $).

Canon, Mathatronics, Olivetti, SCM (Smith-Corona-Marchant), Sony, Toshiba et Wang ont rejoint la course aux calculatrices.

En 1965, les laboratoires Wang ont lancé la calculatrice Wang LOCI-2 avec une fonction de calcul du logarithme.

La Toshiba "Toscal" BC-1411 utilisait l'une des premières versions de RAM, fabriquée à partir de cartes de circuits imprimés. L'Olivetti Programma 101, introduit fin 1965, pouvait lire et écrire des données sur des cartes magnétiques et imprimer les résultats des calculs sur une imprimante intégrée.

La calculatrice ELKA 22 a été développée par le Central Institute for Computing Technology en Bulgarie. Elle pesait 8 kilogrammes et était la première calculatrice au monde capable d'extraire la racine carrée.

En 1967, Texas Instruments a lancé le prototype Cal Tech, une calculatrice capable d'additionner, de soustraire, de multiplier, de diviser, d'imprimer le résultat sur une bande de papier et de tenir dans la paume de la main. En 1985, Casio a lancé la Casio FX-7000G. Il s'agissait d'une calculatrice largement considérée comme la première calculatrice graphique au monde disponible au public. Elle était programmable et disposait de 82 fonctions scientifiques.

Calculatrices contemporaines

À la fin de la première décennie du 21e siècle, plusieurs douzaines de sociétés produisaient des calculatrices en série, avec un total de centaines de modèles pour différents usages. CASIO est le leader de la production globale de calculatrices. En 2006, CASIO a annoncé sa milliardième calculatrice.

De nos jours, nous pouvons facilement accéder à diverses calculatrices. Les calculatrices peuvent être divisées en calculatrices simples, d'ingénierie, de comptabilité et financières, en fonction du public cible et de leurs caractéristiques. Elles peuvent fonctionner avec des programmes complexes préintégrés dans le mécanisme lui-même.

Grâce aux langages de programmation, les professionnels peuvent désormais écrire des applications pour des calculatrices spécialisées et les rendre accessibles au public sur Internet. Les calculatrices mathématiques, d'ingénierie, statistiques, médicales, de fitness, financières, de temps et de conversion sont désormais accessibles à tous sur leur smartphone.